Navigator logo

Ukraine: les impacts du conflit sur le marché de l’énergie

La guerre a commencé  en Ukraine il y a près d’un mois, à la surprise d’un grand nombre d’entre nous. Au cœur de celle-ci, des enjeux géopolitiques évidemment, mais également économiques. Et pas des moindres. Curieux de savoir comment ce nouveau brasier européen risque de redéfinir les grands enjeux énergétiques mondiaux?  David Millian en discute cette semaine avec Nicolas Mazzuchi, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (Paris). Bonne écoute!

Convoi de la liberté: une fracture canadienne

Après des semaines, oscillant entre stupeur et indignation, le gouvernement fédéral a finalement décidé d’aller de l’avant et d’en finir avec l’occupation d’Ottawa par « Le convoi de la Liberté ». Mais faire appel à la Loi sur les mesures d’urgence est-elle une bonne option? Surtout, à quoi va ressembler la politique canadienne dans les mois et les années à venir sachant qu’une partie maintenant non négligeable de la population est arcboutée sur ses positions et plus défiante que jamais face aux politiques? David Millian en discute cette semaine avec Graham Fox, directeur du bureau d’Ottawa, et André Pratte.

O’Toole et les camions de la colère

Le mouvement des camionneurs aura été la dernière hésitation d’Erin O’Toole. Elle lui aura coûté son poste de leader du Parti Conservateur et les jeux sont maintenant ouverts pour une prochaine course à l’investiture. Mais les conservateurs, très divisés, sauront-ils d’abord sortir du piège que représente un mouvement social qui semble s’éterniser et se radicaliser? David Millian en discute avec ses deux collègues Tasha Kheiriddin et André Pratte.

Crimes et châtiments

Arrestations brutales et arbitraires, jeunes abattus en plein jour, traffic d’armes à feu… Les questions de sécurité publique et de criminalité occupent de plus en plus l’espace médiatique – et donc politique – au Canada. David Millian, hôte du Brief, fait le point avec Tasha et André. Bonne écoute !

Air Canada : un crash réputationnel ?

La place du français au sein du Canada est un enjeu très sensible et ce, bien au-delà des frontières de la province du Québec. Alors comment expliquer que le grand patron d’Air Canada, la seule compagnie aérienne nationale autorisée à se drapper de l’unifolié, ait pu considérer le fait francophone comme négligeable, notamment dans le cadre de ses fonctions et attributions publiques? Pourquoi cette crise, si évidente, n’a-t-elle pu être évité? Que révèle-t-elle? David Millian en discute avec ses deux collègues André Pratte et Tasha Kheireddin. Bonne écoute!